Iambe

Aus Lyrikwiki
Wechseln zu:Navigation, Suche



IAMBE, (Littér.) [Littérature] unknown (Page 8:443)


IAMBE, s. m. (Littér.) ïambus, terme de prosodie greque & latine, pié de vers composé d'une breve & d'une longue, comme dans Θε̆οῡ, λε̆γω̄, Dĕī, mĕās. Syllaba longa brevi subjecta vocatur iambus, comme le dit Horace, qui l'appelle aussi un pié vîte, rapide, pes citus.

Ce mot, selon quelques - uns, tire son origine d'Iambe, fils de Pan & de la nymphe Echo, qui inventa ce pié, ou qui n'usa que de paroles choquantes & de sanglantes railleries à l'égard de Cerès affligée de la perte de Proserpine. D'autres aiment mieux tirer ce mot du grec ἰὸς, venenum, venin, ou de ἰαμβίζω, maledico, je médis; parce que ces vers composés d'ïambes, furent d'abord employés dans la satyre. Dict. de Trévoux.

Il semble qu'Archiloque, selon Horace, en ait été l'inventeur, ou que ce vers ait été particulierement propre à la satyre.

Archilochum proprio rabies armavit ïambo. Art Poët. Voyez Iambique.


Quelle: Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 8:443 (Paris, 1765).