Anadiplose (frz)

Aus Lyrikwiki
Wechseln zu:Navigation, Suche


ANADIPLOSE, (Gramm.) [Grammaire] Dumarsais (Page 1:396)


ANADIPLOSE,

s. f. (Gramm.) ἀναδίπλωσις. R. ἀνὰ, retro, re, & διπλόω, duplico. C'est une figure qui se fait lorsqu'une proposition recommence par le même mot par lequel la proposition précédente finit. Par exemple:

Sit Tityrus, Orpheus, Orpheus in sylvis, &c. Virg. Ecl. viij. v. 55.

Et encore,

Addit se sociam, timidisque supervenit AEgle, AEgle Naïadum pulcherrima. Virg. Ecl. vj. v. 20.

Il y a une autre figure qu'on appelle épanadiplose, qui se fait, lorsque de deux propositions corrélatives, l'une commence & l'autre finit par le même mot.

Crescit amor nummi quantum ipsa pecunia crescit.

Juvenal, xiv. v. 138. Et Virgile au premier Liv. de l'Enéide, v. 754.

Multa super Priamo rogitans, super Hectore multa. (F)


Quelle: Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1:396 (Paris, 1751).