Anacoluthe

Aus Lyrikwiki
Wechseln zu:Navigation, Suche



ANACOLUTHE, (Gramm.) [Grammaire] Dumarsais (Page 1:396)

ANACOLUTHE, s. f. (Gramm.) c'est une figure de mots qui est une espece d'ellipse. Ce mot vient d'ἀνακόλουθος, adjectif, non consentaneus: la racine de ce mot en fera entendre la signification. R. ἀκόλουθος, comes, compagnon; ensuite on ajoûte l'α privatif & un ν euphonique, pour éviter le bâillement entre les deux a; par conséquent l'adjectif anacoluthe signifie qui n'est pas compagnon, ou qui ne se trouve pas dans la compagnie de celui avec lequel l'analogie demanderoit qu'il se trouvât. En voici un exemple tiré du second livre de l'Enéide de Virgile, v. 330. Panthée, Prêtre du temple d'Apollon, rencontrant Enée dans le tems du sac de Troie, lui dit qu'Ilion n'est plus; que des milliers d'ennemis entrent par les portes en plus grand nombre qu'on n'en vit autrefois venir de Mycenes:

Portis alii bipatentibus adsunt Millia quot magnis nunquam venêre Mycenis.

On ne sauroit faire la construction sans dire:

Alii adsunt tot quot nunquam venêre Mycenis.

Ainsi tot est l'anacoluthe; c'est le compagnon qui manque. Voici ce que dit Servius sur ce passage: millia, subaudi tot, & est ἀνακόλουθον; nam dixit quot cum non proemiserit tot. Il en est de même de tantùm sans quantùm, de tamen sans quanquam; souvent en François au lieu de dire il est - là où vous allez, il est dans la ville où vous allez, nous disons simplement il est où vous allez.

Ainsi l'anacoluthe est une figure par laquelle on sous - entend le corrélatif d'un mot exprimé; ce qui ne doit avoir lieu que lorsque l'ellipse peut être aisément suppléée, & qu'elle ne blesse point l'usage. (F)